dimanche 4 septembre 2016

Tout n'est que mensonges et manipulations dans le projet Énergie Est de Transcanada pipeline!



Montréal le 2 août 2016
Énergie Est, Transcanada pipeline, Office National de l'Énergie (O.N.É.)
Magouilles, mensonges, triturage du processus. Tout est faux dans ce débat.
Commencez par lire le texte qui suit, et rejoignez-moi en dessous.
De toute évidence les dés sont pipés. Le jupon de la malhonnêteté dépasse. Dans l'approche maintenant préconisée, il apparait évident que pour faire passer le projet, pour le faire accepter, qu'il faut récuser les 2 commissaires fautifs et reprendre tout le processus depuis le début. C'est bien ce que l'on comprend.
Le but de ces manœuvres est de rétablir la confiance du public... pourquoi ? Pour que le projet soit déclaré acceptable. Il est clair pour quiconque comprend ce qui se passe, que ce projet-là doit passer et on le fera passer. Quitte à inventer toutes sortes d'entourloupettes.
Quant aux dénonciations et l'opposition des élus du Québec, des citoyens, des groupes environnementalistes, il faut absolument leur imposer silence. Il n'est pas question que l'Office National de l'Énergie dise à la fin des audiences que le projet est refusé, qu'il est inacceptable, qu'il ne passe aucun des tests. Ce projet-là doit passer et il passera... de force.
À moins que l'indignation générale provoque de telles turbulences sociales, que les promoteurs finissent par se rendre compte que leur projet est totalement irrecevable, et que les élus, notamment le gouvernement de Justin Trudeau, qui n'a pas d'appuis dans l'Ouest, prenne la décision de l'interdire... point final.
Après tout son siège est à Montréal, et sa députation du Québec y est majoritaire. Il faut donc oublier l'examen du projet par l'O.N.É. et l'enterrer immédiatement puisqu'il dérange tout le monde, et ne pourra être qu'une source d'ennuis et de catastrophes couteuses tôt ou tard.
Si l'O.N.É. reprend ses audiences avec de nouveaux commissaires, on y verra simplement et cyniquement que le pouvoir réel appartient aux grands conglomérats, et que la démocratie est assujettie à des promoteurs menteurs, magouilleurs, prêts à tout pour faire passer leurs désirs et besoins avant l'intérêt du public. Ce n'est pas nouveau, mais il y dans ce dossier un tel gouffre de malhonnêteté, qu'on n'en revient pas que cela puisse se faire ainsi au grand jour.
Remarquez tout de même qu'ainsi on ne se fait pas rouler par de sombres pratiques qui, si elles étaient occultées derrière des portes closes, nous mettraient devant le fait accompli. On se doute bien que ces fourbes-là vont tenter de nous submerger sous leur mauvaise foi, mais nous avons le pouvoir de répliquer, et nous l'exerçons.
Il faut sortir de cette affreuse dynamique de manipulations abjectes, et revenir à de la saine politique (cela existe) et au droit des gens.
J’ajoute ici qu’au cas où je me représenterais aux élections municipales, au poste de maire de Montréal, que je mettrais à mon programme mon entière opposition au passage de ce pipeline sur le territoire de Montréal, et que me servant de la notoriété du poste que j’occuperais, je ferais campagne afin de l’interdire partout au Québec, dussé-je pour cela entreprendre une guérilla judiciaire qui forcerait les promoteurs jusqu’en cours Suprême. Avec une telle approche, nous aurions devant nous de nombreuses années sans doute plus que suffisantes, pour faire la démonstration du danger que représente le pipeline Transcanada d’Énergie Est.
Non non et non à Énergie Est.
Clément Sauriol
https://external-yyz1-1.xx.fbcdn.net/safe_image.php?d=AQC1D7wJ35twCWYQ&w=487&h=255&url=http%3A%2F%2Fimages.lpcdn.ca%2F924x615%2F201608%2F31%2F1254623-grabuge-manifestants-plus-symptome-cause.jpg&cfs=1&upscale=1&sx=0&sy=0&sw=923&sh=483

Les audiences de l'Office national de l'énergie (ONE) sur le projet Énergie Est ne peuvent plus continuer ainsi. Pour rétablir la confiance du public, les deux...
lapresse.ca